Le château du héros

Février 2018



Avant-propos :

- Aucune information ne sera donnée sur la localisation du site.
- Je ne souhaite pas faire d’échange de lieux.
- Ceci n'est pas un site de photographies mais de visites de lieux abandonnés.

***

Je suis un peu embêté. L'histoire de ce château est hyper riche et intéressante, des livres ayant déjà été publiés sur son propriétaire d'antan, seulement, en dire une partie reviendrait à publier l'adresse. J'ai donc pris la décision de la passer totalement sous silence avec le regret de ne pas pouvoir pondre un texte de qualité. C'est un peu dommage mais pour faire honneur à son propriétaire, je vais l'appeler le château du héros. Il est clair que la réalité n'est pas aussi simple (n'est pas San Goku qui veut) et qu'une guerre a éclaté sur la page wikipedia du principal concerné pour savoir si oui ou non il fallait mentionner les quelques rumeurs qui circulent à son propos, mais pour moi, symboliquement parlant, l'histoire reste belle et diablement contemporaine.

***

Je coupe le moteur du véhicule. En dépit du panneau voisins vigilants, je suis relativement serein d'être immatriculé dans le même coin, ayant ainsi la garantie de passer totalement inaperçu. Je tente un premier stationnement discret près d'une petite borne de collecte de déchets. C'est un peu en retrait de la route et offre, théoriquement, la discrétion souhaitée.

Mauvaise idée, les voisins ont des chiens et un petit animal moche et merdique de marque inconnue se met à aboyer comme si il jouait sa vie. Cette peluche pour vieux est ridicule mais un peu stressante car même si j'ai le droit de me garer ici, tout le quartier est maintenant au courant de ma présence. Je déplace mon véhicule et me gare le plus simplement du monde sur une place de stationnement en bordure de route, avec d'autres voitures déjà garées. Je suis bien plus visible mais rien d'anormal à être garé là.

En me dirigeant vers le château, je note qu'une grande guirlande de Noël est posée sur sa façade. Curieux. Son accès est on ne peut plus simple. Trop simple même. Ça sent mauvais pour son avenir. Pire, on voit qu'il a déjà été visité car, même si ça ne se voit pas trop sur les photos, tout a été retourné. Dans chaque pièces, les meubles sont tous alignés dans un coin et des cartons sont disposés, remplis d'objets et de livres en langues étrangères. Un sapin artificiel trône même dans la première salle. Le lieu est très chargé en objets en tout genre mais chaque pièces a bénéficié de quelques mises en scène par les précédents visiteurs, comme vous pouvez le voir sur cette première photo ou un fauteuil est esthétiquement disposé à côté d'une radio et d'une source de lumière :



Pour des questions graphiques je vais publier les angles qui laissent apparaître de jolies choses mais dites vous bien que ce lieu est dans un bordel sans nom et que les images qui traînent ne reflètent pas trop la réalité. Le lieu est assez vétuste et semble réellement à l'abandon. Il est aussi extrêmement sombre, les volets étant fermés presque partout. Les pauses longues permettent de donner un effet lumineux mais qui reste plutôt factice et non conforme au ressenti sur place.



Pour une raison que j'ignore, on, trouve beaucoup de vieilles radios un peu partout. Dans l'ancienne entrée, celles-ci sont accompagnées d'une magnifique machine à sous !



Les tons bleus et dorés, soutenus par la lumière qui émane de quelques vitraux laissent penser que le lieu devait être chouette en son temps, même si la façade ne payait pas du tout de mine. On peut également apercevoir une ancienne tapisserie, totalement fanée, au fond de l'escalier. C'est très agréable à l’œil.



La cuisine, elle, semble avoir bénéficié d'une rénovation dans les années 70. Sur la table et les étagères, toujours quelques radios, des cafetières, mais également des sacs qui semblent beaucoup plus récents (Jeff de Bruges).



Les autres pièces du rez-de-chaussée sont sans grand intérêt si ce n'est celle-ci qui est particulièrement curieuse. Assez petite, on dirait un ancien bureau ou un petit salon. Tout est dans des tons très sombres et tout a été retourné comme si quelqu'un avait essayé de mettre la main sur un trésor caché, mais les drapeaux français, accompagnés d'un portrait juste au dessus d'une cheminée avec un beau piano qui supporte un drapeau américain rend le tout très photogénique.





Il est vrai que j'aurais pu faire un peu de rangement, pousser le piano contre le mur, balayer le sol pour enlever les papiers qui traînent (la plupart sont religieux), bien caler la chaise et refermer les portes pour avoir une photo de qualité mais je ne suis pas Valérie Damido et je reste fidèle à la volonté de ne rien toucher ni déplacer. D'ailleurs, je trouve ça assez ridicule de faire des mises en scène. Sur ce lieu c'est même assez extrême car sur chaque photos que j'ai pu voir, les objets ne sont pas à la même place qu'aujourd'hui. Je n'ai d'ailleurs jamais compris la logique saine qui consiste à ne pas laisser de trace mais qui finalement, ne dit rien face à certains qui réaménagent le tout...

Je monte ensuite à l'étage où avec la photo qui va suivre on peut voir deux choses. Déjà, les murs de l'escalier ne sont pas droits, mais surtout, la grande tapisserie a complètement été brunie par le soleil au point qu'elle est presque méconnaissable et que l'on ne parvient pas à distinguer qui étaient les différents personnages. Un beau vitrail illumine le lieu.



Petit zoom :



À cet étage, on trouve plusieurs pièces et salles de bain. Pas grand chose à dire, beaucoup de meubles et de bric à brac dans des pièces sans charme. Toutes, sauf une !
Il s'agit d'un bureau, richement décoré, avec une belle machine à écrire (mise en scène sans aucun doute), des drapeaux de plusieurs pays, et beaucoup de livres. Un charme de dingue ! Au sol, il y a même un croquis de François Mitterrand ! On trouve aussi beaucoup d'encyclopédies, de journaux dans plusieurs langues et quelques revues économiques.



C'en est fini de la visite. En redescendant, je prend à nouveau en photo la machine à sous. Puis je m’éclipse.

 

À l'extérieur, le jardin à la française fait grise mine. Il ne reste qu'un amas de buissons informes. La piscine est totalement fichue et les dépendances sont pour le coup réellement à l'abandon et sur le point de s'écrouler et hormis quelques outils, on ne trouve rien à l'intérieur.

En cherchant un peu sur le net on apprend qu'une des descendantes du propriétaire a vécu ici jusqu'aux alentours de Noël 2010, date probable d'abandon du château. Je fais ainsi le lien avec la guirlande, le sapin, et les chocolats Jeff de Bruges. Après coup, ça donne une touche un peu triste et mélancolique à la visite.

À mon retour, voyant que la matinée est calme, je décide de sortir par l'entrée officielle du domaine en prenant soin de ne pas me faire voir. Tout se passe sans encombre jusqu'à ce que j'arrive à ma voiture. Les gendarmes sont là. Ils ne me voient pas. Je m'installe côté conducteur pour repartir.
Ils semblent regarder les maisons alentours puis s'approchent progressivement de mon véhicule et me font baisser la vitre.

"Bonjour Monsieur, d'où venez-vous ?"
"Je viens de ****, c'est juste à côté".
"Ah oui ? Et que faites vous par là ?"
"Bah, je me promène."
"Ah oui ? Et pourquoi ?"
Plusieurs réponses me trottent dans la tête. Et j'hallucine un peu. Ils ne m'ont pas vu rentrer ni sortir du château et rien ne m'interdit d'être stationné sur une place dans cette rue. C'est dingue de devoir se justifier. Je décide de dire la vérité.
"J'ai vu qu'il y avait un château, je suis allé prendre quelques photos."
"Ah ok."
Ils ont continué leurs "recherches" en regardant bien chaque maison. Il est probable qu'un voisin, sans doute le propriétaire de l'espèce de bête du Gévaudan qui m'a aboyé dessus, a prévenu les flics qu'une voiture "rodait", en bon voisin vigilant. Ils scrutent un peu partout mais semblent ne pas prêter attention au château. Ils filent sans rien dire.

Et c'est bien dommage. Ce château est visité régulièrement et a été pillé des quelques objets de valeurs qu'il y avait (des tableaux, notamment). Il sera probablement entièrement vidé sous peu car il y a plusieurs points d'accès impossibles à refermer pour un seul individu non équipé puis finira tagué, détérioré et brûlé.
Quelle tristesse, alors même que son propriétaire a plusieurs biographies qui lui sont consacrées... Les écrits restent, c'est déjà ça.

MAJ Juin 2018 : Par curiosité et pour voir ce que devient ce château, je décide de repasser faire un petit tour dans ce lieu plein de charme.

Quelle tristesse de voir qu'il a été entièrement saccagé et que tout le mobilier a en partie été volé ! Tout est entièrement retourné et chaque chose a été soigneusement brisée.

Une curiosité, toutefois, le tableau du général est réapparu et a été accroché au dessus de la cheminée.


Je n'ai pas plus d'images du château à publier que ça me fend le cœur de voir ce qu'il est devenu. Par ailleurs, pour la science, j'ai commencé à immortaliser les photos trouvées sur place, ainsi que les courriers. Je me dis, qu'un jour, ça pourrait être intéressant niveau histoire. Il faut que j'y retourne pour terminer de tout prendre en photo (je n'embarque rien chez moi, bien entendu).

***

Retour à la page d’accueil